• sans télé, on ressent davantage le froid

    Couverture de Chroniques de la débrouille

    Titre: sans télé, on ressent davantage le froid

    Auteur : Titiou Lecoq

    Edition : fayard

    Nombre de pages : 307

    Prix : 18,50 €

    Temps de lecture : 2jours

    Résumé :

    Comment survivre à une rupture amoureuse ? Comment s'insérer dans une société qui, clairement, n'attend pas les bras ouverts un bac + 5 de sémiologie ?... En adoptant une technique de survie simple : la débrouille. Dans ce journal de bord hilarant se dessine la vie au jour le jour d'une jeune femme d'aujourd'hui, trentenaire, qui passe sa vie entre les boulots, les cartons, ses amis précieux et les histoires ratées. Incapable de survivre sans télé ni ordi, elle doit aussi faire face aux nouveaux rapports hommes-femmes : on discute, on boit, on couche. Le lendemain, on se réveille et on réfléchit. On ne badine pas avec l’amour, ni avec le porno. Un beau jour un enfant naît, et on découvre la vie à trois. Par le prisme de son histoire personnelle romancée et librement adaptée de son blog Titiou Lecoq raconte sans ambages le quotidien de toute une génération.

    Avis :

    C'était une lecture intéressante, enrichissante et complètement décalés par rapport à mes habitudes de lectures.

    C'est un espèce de journal de bord tenu par Titiou (l'auteure) où elle y met ses tracas du quotidien sous forme d'anecdote qui tient sur plusieurs années.

    Je pense que le plus perturbant en soi c'est qu'on ne rentre pas dans sa vie. Enfin si mais pas de la manière traditionnelle. On a son point de vue et uniquement le sien. On ne connait pas vraiment son univers ou même ses proches, on ne connait même pas leur prénom. C'est donc très impersonnel. C'est comme çi elle voulait nous faire connaître ses anecdotes et ses pensées sans pour autant nous dévoiler toute l'histoire. Bien entendu c'est très compréhensible mais personnellement j'ai été dépaysé.
    C'est d'ailleurs pour cette raison que je n'arrivais pas à entrer véritablement dans ce livre et au bout des 100 pages atteint difficilement j'ai même eu envie d'arrêter. Et je suis très contente de ne pas l'avoir fait puisqu'au final je découvre quelque chose de nouveau.

    Le personnage principal, en soi : j'ai pas du tout accroché. Je pense que ça doit venir du fait qu'on a des caractères totalement opposés et que je n'aurais pas du tout réagi pareil. Mais puisqu'il faut de tout pour faire un monde je l'ai quand même trouvé hyper intéressant tant dans son caractère que dans son évolution. En effet elle part de rien et elle nous raconte la réalité du monde qui nous attend plus tard pour une personne lambda. Même si c'est un cas assez extrême je trouve que c'est un bon miroir de la société actuelle que ce soit question relation amoureuse ou travail.

    D'ailleurs parlons-on de sa relation, eh bien quand on lit le bouquin on a l'impression qu'elle n'en a pas alors qu'au contraire elle est bien rempli. Cette sensation provient du fait que le narrateur ne se lamente pas sur ce qu'il s'est passé ou n'exprime pas ses sentiments en général. Titiou énonce simplement les faits sans s'embêter de faux semblant.

    Le fait de ne pas connaître le nom de ses proche n'est pas pénalisant dans le sens où on en a pas besoin pour comprendre l'histoire. J'ai interprêté ce message par : on a pas besoin de nommer ses personnages pour les comprendre.
    Parce-que oui le nom du propriétaire du journal de bord on ne l'a qu'une fois ou deux, c'est à dire très peu.

    Quand je parlais de reflet de la vie actuelle je pensais notamment aux stéréotypes après une rupture amoureuse. Le narrateur écrit bien : ils attendent cela de moi donc je vais le faire.
    Ce qui est pour moi contre la société de consommation actuel et je suis entièrement d'accord avec ça (je sais pas si je me suis faite comprise)
    Et puis Titiou n'a pas envie de travailler, veut rester chez elle et profiter des plaisirs de la vie quitte à rester dans une position de précarité. Je pense que c'est le cas de plus de la moitié des gens.( sauf moi j'aime bien sortir de chez moi pour me rendre sur mon lieu de travail)

    J'ai trouvé cette histoire hyper intéressante et elle apporte pleins de renseignements. C'est sur que je dormirais moins bête à partir d'aujourd'hui après l'avoir lu.

    Tout ça pour dire que c'est une découverte qui est très enrichissante et qui passe bien le temps.

    Je le conseille à une tranche d'âge assez jeune entre 15 et 30 ans c'est une fourchette assez large mais si je prends avant l'ado ne comprend pas et après la personne ne comprend pas non plus. Je le conseille également à ceux qui veulent s'informer sur le journalisme ou passer du bon temps en général.

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :